À PROPOS

La Chaire en recherche avicole de la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal se destine à la recherche appliquée afin de soutenir l'industrie avicole québécoise face aux enjeux en santé et en élevage.

ÉQUIPE

Martine Boulianne

Professeure titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, Docteure Martine Boulianne est diplômée de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Elle a obtenu son doctorat (Ph.D.) de l’Université de Guelph et a par la suite fait des études post-doctorales à l’Université de la Californie et a obtenu le statut de Diplomate de l’American College of Poultry Veterinarians. Elle est reconnue pour être une scientifique très près des préoccupations qu’ont les aviculteurs sur le terrain et est titulaire de la Chaire en recherche avicole de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

 

Ses principaux intérêts en recherche portent actuellement la réduction de l’utilisation des antibiotiques en aviculture, l’antibiorésistance, les alternatives aux antibiotiques et le contrôle de différentes maladies, telles la colibacillose, la coccidiose et l’entérite nécrotique, ainsi que l’effet des logements alternatifs sur la santé des pondeuses.

Éric Parent

Médecin vétérinaire spécialisé dans l'étude des maladies avicoles, Docteur Eric Parent est titulaire d’une maîtrise en sciences vétérinaires (M.Sc.) et est présentement en train de compléter un doctorat en sciences vétérinaires (Ph.D.) portant sur la réduction de l’utilisation des antibiotiques chez les poulets à griller à la Chaire en recherche avicole de l’Université de Montréal.

 

Il est aussi un candidat pour l’obtention du statut de Diplomate de l’American College of Poultry Veterinarians. Ses principaux intérêts portent sur les études de problématiques d’importances pour les éleveurs avicoles, dont la réduction de l’utilisation des antibiotiques ainsi que ses impacts sur la santé des troupeaux avicoles et sur la santé publique. Pour ce faire, Dr. Parent préconise l’utilisation de méthodes rigoureuses alliant l’épidémiologie, la pathologie ainsi que les dernières avancées en biologie moléculaire dans le but de trouver des solutions concrètes aux problématiques des éleveurs de volaille.

Lila Maduro 

Lila Maduro S., Mcb.A. professionnelle en Bactériologie, diplômée de l'Université Javeriana en Colombie. Lila a une maîtrise, en sciences vétérinaires option hygiène vétérinaire et innocuité des aliments, faite à l'Université de Montréal.

Comme agente de recherche à la chaire en recherche avicole et sous la direction de Dre Boulianne, Lila exerce des activités de recherche, d’analyse et participe à la gestion du laboratoire. Ses tâches sont diverses, notamment l'élaboration de protocoles d'expérimentation au laboratoire ainsi que la prise d'échantillons en ferme dans le cadre des projets des étudiants de la chaire.

Audrey Charlebois

Audrey Charlebois a obtenu son baccalauréat en microbiologie de l’Université Laval et sa maîtrise ainsi que son doctorat en sciences vétérinaires de l’Université de Montréal. Elle a également effectué un stage postdoctoral au sein de la Chaire en recherche avicole de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. Elle y travaille depuis décembre 2017 comme agente de recherche.

Ses principaux intérêts sont l’antibiorésistance chez Clostridium perfringens, l’évaluation de l’efficacité antimicrobienne d’alternatives aux antibiotiques ainsi que l’étude du biofilm. Elle possède également une expertise plus poussée sur la bactérie Clostridium perfringens, agent responsable de l’entérite nécrotique.

karine  lamarre.jpg
Karine Lamarre

Karine Lamarre effectue présentement son diplôme d’études collégiales en Techniques de laboratoire - Spécialisation Biotechnologies (Chimie et Biologie) au Cégep de Saint-Hyacinthe. C’est au printemps 2018 qu’elle a fait ses débuts en tant que stagiaire à la Chaire en recherche avicole et ce, à titre de technicienne de laboratoire.

 

Son intérêt pour les sciences et sa curiosité l’ont mené à assister le personnel du laboratoire, en participant à la réalisation des divers projets en cours. Son ouverture d’esprit, ses habiletés techniques ainsi que son sens de l’observation l’ont guidé à comprendre et à répondre rapidement aux exigences du bon déroulement des projets auprès de ces différentes personnes.

Nicolas Deslauriers

Nicolas Deslauriers a obtenu son baccalauréat en microbiologie à l’Université de Sherbrooke en 2017. Il complète actuellement une maîtrise en sciences vétérinaires (M.Sc.) dont le sujet traite de l’étude des bactériocines chez Clostridium perfringens, un microorganisme responsable de l’entérite nécrotique, à la Chaire en recherche avicole de l’Université de Montréal.

 

Les objectifs de ce projet sont d’identifier et de caractériser de nouvelles bactériocines chez C. perfringens; d’identifier les différences génomiques entre des souches pathogènes et commensales de C. perfringens à l’aide d’outils bio-informatiques et globalement; de trouver une alternative à l’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage de la volaille au Canada (étant donné le retrait imminent de ceux-ci).

Éloïse Denis

Éloïse Denis a complété son baccalauréat en agronomie à l’Université Laval en 2017 et fait maintenant partie de l’Ordre des agronomes du Québec.

 

Présentement, Mme Denis effectue un projet de maîtrise en sciences vétérinaires portant sur l’impact des systèmes de logement alternatifs sur la santé et les performances des poules pondeuses. L’objectif du projet est d’évaluer deux types d’élevages alternatifs, soit les cages aménagées et les volières, et de déterminer leurs effets sur le bien-être et les performances des oiseaux.

Rachid Chebta

Rachid Chebta est diplômé docteur vétérinaire en Algérie, où il a fait de la pratique privée et a été consultant pour une pharmaceutique. Il a entrepris, en 2014, un microprogramme en santé publique vétérinaire.

 

Par la suite, Rachid a occupé la fonction d’auxiliaire de recherche pour un projet portant sur les zoonoses, en 2017, à l’Université de Montréal. Il est actuellement étudiant en médecine vétérinaire (5ème année) et a débuté en 2018 une M.Sc. en sciences vétérinaires, à la Faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe. Son projet se consacre à l’impact des logements alternatifs sur la santé des poules pondeuses.

L’étude oeuvre à comparer les courbes d'excrétion de pathogènes intestinaux, et les causes de mortalité, chez des pondeuses en volières et logées en pondoirs avec cages enrichies. Il identifiera également les bactéries présentes chez les carcasses présentant des lésions de septicémies et salpingite.