Axe 4

Transmission de gènes de résistance et de virulence des poulets reproducteurs à leurs poussins

Axe 4-3.1 3.png
Contexte

L’utilisation préventive d’antibiotiques au couvoir était pratique courante dans l’industrie avicole pour :

1. Diminuer la mortalité en début d’élevage
2. Prévenir l’omphalite causée par une infection à Escherichia coli (ExPECs)

mais dans le nouveau contexte de réduction des antibiotiques, les pratiques au couvoir changent...
 

      Rappel


Mai 2014 : L’industrie avicole canadienne retire l’utilisation préventive du ceftiofur (Excenel) chez les poussins, en injection dans l'œuf ou par voie sous-cutanée.

Fin 2018 : Tous les antibiotiques (catégories 1 et 2) en usage préventif seront retirés des couvoirs.

      Faits connus


Il y a transmission horizontale des bactéries résistantes au ceftiofur possèdant un gène (bla CMY-2) entre les poulets (Shahaba et al., 2013).

Les poussins nouvellement éclos possèdent une population d’Escherichia coli similaire à celle de leurs parents reproducteurs obtenue par transmission verticale (Giovanardi et al., 2005).

Hypothèse de recherche
  • Les bactéries de la flore intestinale des parents reproducteurs, exposés au ceftiofur, peuvent déjà posséder une résistance à cet antibiotique et transférer cette résistance à l’aide du gène bla CMY-2 à leur progéniture.

Objectifs

No. 1
Examiner l’effet du retrait du ceftiofur au couvoir sur la prévalence des E. coli résistants aux céphalosporines (E. coli ESBL/AmpC potentielles) dont le ceftiofur.

No. 2

Examiner l’effet du retrait du ceftiofur et le remplacement avec la lincomycine/spectinomycine au couvoir sur les profils de résistance aux antimicrobiens des E. coli ESBL/AmpC potentielles.

Méthodologie
  • Échantillonnage des fientes de troupeaux de poulets reproducteurs et de leur progéniture :

    1. Avant le retrait du ceftiofur au couvoir

    2. Une année après le retrait*

    *certains élevages ont reçu de la lincomycine-spectinomycine en remplacement du ceftiofur

Conclusion

Nos observations
 

Objectif 1 - Retrait du ceftiofur au couvoir
 

  • Malgré nos attentes, une diminution de la proportion des souches E. coli résistantes aux céphalosporines n'a pas été observée dans les échantillons prélevés après une année de retrait.
     

  • Au moins une souche par fientes échantillonnés demeurait résistante aux céphalosporines
     

Objectif 2 - Retrait du ceftiofur et remplacement par la lincomycine/spectinomycine au couvoir
 

  • Il a été observé qu’il y avait une diminution de la proportion des souches microbiennes multirésistantes avec le retrait du ceftiofur, particulièrement chez les troupeaux ne recevant aucun antibiotique.
     

  • Les troupeaux recevant de la lincomycine-spectinomycine au couvoir possédaient une proportion d’isolats résistants aux aminoglycosides (gentamycine, spectinomycine, streptomycine) et aux inhibiteurs de folate (Triméthoprime-sulphaméthoxazole et sulfisoxazole) significativement plus grande que les troupeaux recevant du ceftiofur.
     

  • L’utilisation de la lincomycine-spectinomycine = une sélection pour la résistance à plusieurs antibiotiques, dont certains sont très importants pour traiter les infections à E. coli.
     

  • La transmission verticale du gène de résistance au ceftiofur (bla) semble possible entre les poulets reproducteurs et leurs poussins, mais des analyses génétiques supplémentaires sont nécessaires.

La recherche avicole